Cleveland
compte bancaire
Detroit
visa-e-2
Bannière Exco US
LLC
ATM
Floride
resto
Atlanta

Recession économique en prevision, pourquoi il faut privilégier l’immobilier aux Etats-Unis

La plupart des analystes sont unanimes, le monde se dirige vers une recession économique dans les prochains mois. Quels choix les investisseurs doivent-ils faire pour protéger aux mieux leurs actifs? En quoi le marché immobilier Américain est une valeur refuge que les experts mettent en avant? investir.us fait le point afin de vous apporter un éclairage.

Recession économique en prevision, il faut privilégier l’immobilier aux Etats-Unis

Europe: Des conditions politiques negatives et une croissance économique faible 

Nous vivons actuellement une période très particulière du point de vue politique. Corée du Nord, États-Unis, Italie ou encore le Moyen-Orient, le Mexique ou le Brésil : nous assistons à des confrontations hors du commun qui laissent la place à l’inquiétude. Le facteur psychologique influence énormément les marchés. La guerre commerciale entre les USA et la Chine ou celle entre le japon et La Corée du sud affecte la confiance des investisseurs.

C’est incroyable comme les informations communiquées des deux cotés de l’Atlantique peuvent être différentes. Il parait indéniable qu’une recession économique mondiale va ébranler de nombreux pays, ce qui est en revanche beaucoup plus étonnant est la manière dont les medias européens (français entre autre) orientent l’information. Dénigrer l’économie Américaine pour faire oublier les problèmes de l’Europe n’est pas salvateur. La réalité est beaucoup complexe et les pays Européens seront les premiers et les plus touchés par les événements a venir

L’Europe actuelle est comparable avec la fameuse “décennie perdue du Japon”: une période de faible croissance et de faible inflation dans les années 90, au cours de laquelle le pays n’a jamais émergé de manière convaincante.

Depuis fin 2018, l’inflation dans la zone euro a été bien inférieure à l’objectif d’un peu moins de 2% fixé par la Banque centrale européenne (BCE). En juin 2019, l’inflation était de 1,3%. La croissance du PIB quant a elle était de seulement 1,8% en 2018 et est en train de ralentir à 1,2% cette année. L’année prochaine pourrait être encore pire si la région devait faire face à un Brexit chaotique à l’automne.

Le chômage dans l’Union européenne a culminé à 26,5 millions de personnes en 2013 et est depuis tombé à environ 15,7 millions, au-dessous des niveaux d’avant la crise. Mais ce n’est pas le cas dans des régions comme le nord-ouest de l’Espagne, le sud de l’Italie et la Grèce, où le taux de chômage est toujours le plus élevé d’Europe.

En France, le CAC40 n’a jamais été aussi haut, ce qui est annonciateur de la fin d’un cycle boursier. Il faut faire la différence entre un cours qui monte, et un qui est déjà à son maximum : profiter de la montée et revendre quand les prix sont les plus hauts – et non acheter.

Au dela de ces indicateurs économiques inquiétants en Europe, s’ajoutent de nombreuses problématiques sociales et migratoires. Les gilets sont l’illustration que l’Europe est dans une spirale negative ou les elites et les peuples ne se comprennent plus. Par ailleurs, l’afflux de migrants que subit l’Europe depuis plusieurs années continue de cristalliser les tensions et révèlent encore une fois l’incapacité des différents états membres a suivre une politique commune.

L’Italie qui vit une crise politique sans précédent, empêche de spéculer convenablement sur le futur du pays : encore une fois trop d’incertitudes concernant les décisions politiques qui vont surgir à l’avenir. Quel va être l’impact sur la zone européenne si l’Italie la quitte ? D’autres vont-ils suivre ?

L’immobilier aux USA est une valeur à privilégier

A premiere vue il est difficile de percevoir une quelconque faiblesse de la plus grande économie mondiale. L’environnement économique actuel est effet idéal : le chômage est au plus bas (moins de 5%) où le marché se porte bien et la croissance du PIB est 2 a 3 fois supérieur a la plus part des pays occidentaux: la machine tourne a plein regime.

L’immobilier n’en ressort que plus sécuritaire, surtout pour un investissement à long terme. La Bourse est trop dépendante de l’international pour investir avec certitude. Nous sommes dans une période trop incertaine et trop dangereuse.

L’immobilier reste et restera l’une des valeurs les plus sûres : il y a toujours de plus en plus de demandes ; se loger est un besoin vital et les offres sont toujours très inférieures à la demande.

De plus, si l’on regarde a l’international, les villes monde comme New York, Londres, Paris deviennent des bulles immobilières où les prix ont explosé. Mieux vaut se concentrer sur des marchés de niche, investir dans des produits qui répondent a un besoin local, facilement identifiable.

L’immobilier comprend beaucoup moins de risques, particulièrement si le projet est bien étudié. Investir dans la pierre fait partie intégrante de notre vie, c’est investir dans l’économie réelle. Il est plus facile de comprendre le fonctionnement d’un emprunt et des assurances que de spéculer sur la Bourse.

Au cours des prochains mois, la croissance économique déclinera selon tous les analystes professionnels. Le cas échéant, la seule politique d’investissement valable sera celle de la recherche de refuges pour perdre moins que la majorité des investisseurs. Perdre moins, c’est être capable ensuite de racheter les actifs de ceux qui ont perdu plus donc de s’enrichir. Le monde est cruel. 

Sans surprise, le refuge sera vraisemblablement dans l’Immobilier : mais dans un pays où le respect de la propriété privée est sacré car étant non délocalisable, les USA offrent ces garanties.

Autre valeur refuge que la plupart des analystes recommandent: les Bons du Trésor US. Bien que cela froisse certains, les USA restent la superpuissance mondiale, le dollar américain est la devise quasiment universelle de réserve et ce grand pays démocratique sur-armé est à l’abri, seul sur son continent, de tout danger géopolitique majeur.

Un projet d’investissement aux US?

Garder à l’esprit que les comptes courants peuvent être bloqués par la banque (loi Sapin), qu’une somme en compte courant est juridiquement un prêt à la banque donc en cas de faillite de celle-ci, il n’y a pas de recours, et que les contrats d’assurance-vie ouvrant droit à des avantages fiscaux servent réglementairement à canaliser l’épargne vers les caisses publiques.

Julien Raynard, CEO investir.us

compte bancaire
Detroit
Guide INV
Atlanta
Cleveland
Floride
visa-e-2
INV – 151001 banner_default_investir_728x90
resto
LLC
Bannière Exco US
ATM