Congés, santé, embauche : le guide de l’entrepreneur aux USA

///Congés, santé, embauche : le guide de l’entrepreneur aux USA

Congés, santé, embauche : le guide de l’entrepreneur aux USA

banner transfermate 728

Vous qui, au moment où vous lirez ce papier, souhaitez créer votre entreprise aux USA, Investir US a concocté pour vous un concentré des informations principales à connaître pour un entrepreneur vis-à-vis de ses employés. Entretien d’embauche, licenciement, contrat, congés payés, couverture santé entreprise… Voyons ensemble et avec un spécialiste, Aline Darmouni(ses coordonnées en fin d’article) à quoi vous devez vous attendre en créant votre entreprise aux États-Unis.

Entretien d’embauche : attention à la discrimination !

C’est déjà vrai en France, mais il semble que cela soit encore plus fort et plus poussé aux États-Unis : chers entrepreneurs, lors d’un entretien d’embauche, redoublez d’attention sur les possibles accusations de discrimination que l’on pourrait vous faire !

Si vous souhaitez recruter spécifiquement une femme ou un homme pour tel ou tel poste, il est interdit de le mentionner, par écrit ou à l’oral !

En admettant qu’une ou un candidat l’apprenne, il ou elle pourrait vous le reprocher et donc vous poursuivre pour discrimination. Charge à vous d’accepter tous les candidats donc, et de faire votre sélection. Âge, religion, sexe, situation familiale,  orientation politique… Tout ceci n’a pas à être explicité lors d’un entretien d’embauche.

Licenciement, contrat, départ : la liberté absolue

Vous le savez peut-être déjà, mais la protection du salarié aux USA n’est absolument pas la même qu’en France. Toutefois, « cela va dans les deux sens »,

« Si une personne ne fait pas l’affaire, vous pouvez très bien lui dire : « Ecoute, je te donne 5 minutes. » C’est comme cela que ça se passe, 5 minutes montre en main ! « Je te donne 5 minutes, tu récupères tes affaires et tu t’en vas. » Et on lui paye un dédommagement de quelques semaines ou un mois. Il n’y a pas de prime de licenciement officielle. »

Il ajoute : « Il n’y a pas de contrat de travail avec les employés, mais des contrats de gré à gré. Une personne de votre société peut aussi très bien vous dire : « Excusez-moi, mais j’ai trouvé un autre travail, donc je m’en vais. » Et vous ne pouvez rien dire. On ne signe pas de contrat, sauf pour les cadres supérieurs. »

Avec de telles règles, il explique donc, et c’est compréhensible, que ses clients étrangers, et les professionnels étrangers en général, sont souvent perplexes quant à cela. Un contrat ou un document peut toujours être rédigé, mais, que ce soit pour l’une ou l’autre des deux parties, chacun peut « partir » quand bon lui semble.

Jours fériés : flexibilité avant tout

Pour connaître les jours fériés US, nous vous invitons à consulter notre article sur la question. Mais les entreprises sont-elles obligées de les respecter ? notre réponse : « Tout est décidé par l’entreprise. Il n’y a pas de jours fériés obligatoires aux États-Unis ! L’entreprise décide elle-même des jours fériés qu’elle veut octroyer. Et très souvent, comme l’entreprise ne pose pas de question sur les religions ou sur les pratiques personnelles de l’individu, elle donne 6 jours de congés à peu près par an. Les plus standards : Noël, le 1er de l’an, le 4 juillet, Memorial Day, Labor Day, Thanksgiving… Après, elle donne des jours fériés flexibles. C’est-à-dire en fonction de vos croyances. »

Les employés ont donc une certaine flexibilité pour pouvoir respecter des jours fériés en fonction de leurs propres croyances. En dehors de quelques « grands classiques », rien n’est imposé.

Congés payés

Idem pour la politique des congés payés ! Ils n’existent pas aux USA, contrairement à la France.

C’est donc à l’employeur de décider si ou non s’il en accorde. Cela peut se faire selon l’ancienneté par exemple. En revanche, une nouvelle fois, attention à la discrimination…

Deux employés, rentrés dans l’entreprise au même moment, ne peuvent se voir octroyer un nombre de congés payés différent !

La couverture santé entreprise

Pour les entreprises de moins de 50 employés, il n’y a aucune obligation d’assurer les employés. Au-delà, si, et ce depuis Obamacare. A ce propos, nous vous invitons à consulter notre article : « les différences entre l’Obamacare et l’Assurance Maladie française ». Ceci étant, il est tout à fait possible pour une société de moins de 50 employés de donner une assurance santé à ses salariés :

« Si vous êtes un patron un petit peu social, vous proposez ça à vos employés, parce que c’est une façon de les sécuriser. De les garder avec vous. Parce qu’après tout, la couverture médicale est quelque chose de bien, car les docteurs et les soins médicaux sont très chers aux États-Unis. »

Ceci, une nouvelle fois, à l’image des jours de congés, fait partie de la politique de l’entreprise. C’est à la « discrétion » de l’employeur de décider s’il souhaite couvrir ses salariés et à quelle hauteur.

Guide INV

Send this to a friend