Les différences entre les USA et la France dans la gestion des hommes

///Les différences entre les USA et la France dans la gestion des hommes

Les différences entre les USA et la France dans la gestion des hommes

Naon&Co

Cédric Postel-Vinay, Directeur des Ressources Humaines dans un groupe américain et depuis 5 ans DRH au Club Med, vit et travaille à Miami. Son expertise et sa connaissance précise de nos deux cultures d’entreprise ont contribué à nous éclairer sur la question de la gestion du capital humain aux USA.

Recruter grâce aux réseaux sociaux

Des générations aux aptitudes différentes

Cédric Postel-Vinay considère que les médias sociaux sont « le media-clé du recrutement aujourd’hui. » S’il y a une quinzaine d’années les recruteurs passaient par des petites annonces ou d’autres moyens de recrutement,« actuellement 95% du recrutement se fait par les médias sociaux. » Notre expert considère que sa génération, celle des quadras, est:

« la génération sacrifiée, car elle doit passer par les médias sociaux, mais elle n’a jamais vécu avec. Elle ne sait pas travailler son image, elle ne sait pas se marketer. »

Contrairement aux 40-45 ans, « la génération qui suit, la génération Y, a grandi avec les médias sociaux et sait en jouer pour se marketerLes jeunes utilisent en permanence tous ces leviers pour prouver leur savoir-faire, valoriser leurs connaissances et exposer leurs vies»

Ce dernier élément allant pourtant à l’encontre du droit du travail américain, qui préconise des CV neutres ou aucune information personnelle ne doit apparaître… ! « Quel que soit le poste occupé, quel que soit le métier, la génération Y sait se positionner dans les médias sociaux qui la courtisent»

En tant que DRH au Club Med, Cédric Postel-Vinay reconnaît qu’il recrute grâce à ces nouveaux dias, principalement sur Linkedin et Facebook, qui sont, aux USA, les deux mastodontes du marché.

Les spécificités du recrutement aux USA

Au pays de l’Oncle Sam, le processus de recrutement est extrêmement accéléré en raison du droit du travail et du marché de l’emploi. Les préavis étant de deux semaines seulement (two weeks notice), la couverture chômage étant réduite au minimum, et le marcher tendu, les séquences de recrutement sont très rapides. Et notre expert d’ajouter :« un candidat américain qui est en recherche d’emploi et qui n’est pas en poste au moment de sa quête d’un job, ne sera pas prêt à attendre. Pour le recruter, il faut faire vite ! »

Rémunérer ses salariés : des exigences différentes

La couverture santé, un élément-clé du package salarial

Une rémunération aux US peut paraître plus élevée que celle en Francemais pour comparer, il nous faut comprendre tous les éléments qui constituent le package de rémunération : « la rémunération n’est pas que le salaire, mais bien tout ce que l’on peut offrir au salarié, créant ainsi un package intéressant. »  En effet, il convient de rappeler que la France propose aux salariés une formule « tout compris », alors qu’aux Etats-Unis, elle n’est qu’à la carte.

 

France

« En France, les stocks options sont fiscalement de moins en moins avantageuses. La couverture médicale, la retraite et le chômage sont très réglementés et très complets. Les jours de congés sont fixés par la loi. Il en résulte qu’un des seuls leviers de rémunération reste le salaire. »

États-Unis

Aux USA, c’est bien différent, une multitude de choix s’offre aux employeurs. « Aux USA, on peut jouer sur 5 leviers différents : les equity ou stock options, les jours de congés accordés par l’employeur, le système de retraite, la couverture santé et le salaire en tant que tel. Les frais de santé sont prohibitifs aux US. C’est la première cause de faillite pour les foyers américains. La façon dont l’employeur propose de couvrir ces frais est très importante. Même si Obama a un peu changé la donne en créant l’Affordable Care Act, dès 2010, s’engageant ainsi à un minimum de couverture santé pour les citoyens américains, la couverture des frais de santé est un élément-clé de la négociation salariale. »

Pour la retraite, notre expert rappelle qu’il n’est pas rare de voir de nombreux Américains contraints de continuer à travailler à soixante-dix ans passés, faute d’une bonne couverture sociale.

La couverture santé est donc un des éléments clés de la rémunération américaine, et elle peut représenter jusqu’à 20% du staff expense d’une entreprise (c’est le cas du Club Med).

Le droit individuel

Le droit du travail américain privilégie le droit individuel : il va offrir au salarié l’opportunité d’attaquer l’entreprise en cas de nonrespect de ses droits. « Plus qu’ailleurs, l’entreprise se doit donc en permanence de respecter l’individu jusque dans son management », nous rappelle notre expert.

Etats-Unis vs France : deux gestions de l’humain et deux cultures entrepreneuriales bien différentes…

151104_ad_wilson_1085x200
By | 2016-11-25T18:29:49+00:00 11 mai, 2015|Categories: Job USA, Travailler aux Etats-Unis|Tags: , |

Send this to a friend