Comment j’ai obtenu mon visa E2 en 3 mois grâce à la franchise Macaron French Pastries ?

/, Témoignages visa travail USA/Comment j’ai obtenu mon visa E2 en 3 mois grâce à la franchise Macaron French Pastries ?

Comment j’ai obtenu mon visa E2 en 3 mois grâce à la franchise Macaron French Pastries ?

laura M. Investor solutions

Né à Sarasota, sur la côte ouest de la Floride, sous l’impulsion de Rosalie Guillem et de sa fille, Le Macaron French Pastries régale depuis 5 ans toutes les générations de gourmands français et américains. Marque franchisée aujourd’hui, le Macaron compte, de Boca Raton à Miami-Dadeland, d’ Estero à Puerto Rico, plus de 30 boutiques franchisées. Petit gâteau rond, sophistiqué et ultra-tendance, les américains l’ont adopté à l’heure du café ou des parties. L’équipe de Investir.Us est partie à la rencontre d’Isabelle Mourtada, propriétaire de la franchise Macaron French Pastries de Coco Walk (Coconut Grove).

Bonjour Isabelle, comment cette aventure entrepreunariale à Miami a t-elle commencé?

« Mon mari et moi même vivions en France et venions des métiers de la santé. Nous n’avions donc rien à voir avec le monde du commerce, ni avec celui des macarons! Nous venions depuis 2011 en Floride passer nos vacances d’été, nous avions un véritable coup de coeur pour cette région ensoleillée et pour la chaleur de ses habitants.

Or, pour venir s’installer ici, le visa est obligatoire. En 2014, notre projet s’est concrétisé. Rapidement, à l’aide de notre avocate Marcelle Poirier et de nos recherches personnelles, nous avons opté pour un visa E2 (investisseur)qui semblait le mieux adapté à notre situation financière et s’ajuster à notre projet d’investissement.

En 3 mois, nous obtenions un visa E2, un cas d’école ! »

Le visa E2 est, selon vous, une bonne solution pour démarrer?

« J’ai passé un an et demi à préparer notre implantation aux USA. Je cherchais un business rentable qui me permette d’être en contact avec les locaux mais aussi les francophones, qui s’adapte également à notre vie de famille et ses exigences.

Nous avions également très envie de gérer notre propre business et d’être nos propres patrons.

Grâce à une annonce commerciale, j’ai eu un coup de coeur pour la franchise créée par Rosalie Guillem, Macaron French Pastries.

Le concept était bon et séduisant et avait l’avantage d’un cadre et d’une formation spécifique, étant une franchise. Les produits  sont toujours de très bonne qualité (c’est la recette la plus ancienne de macaron que le franchise élabore avec de la pâte d’amande) et sont livrés toute les semaines sur le réseau miamien.

La gestion et le contact client m’incombent ! Ce sont deux domaines que j’appécie particulièrement. Je parle français, anglais, italien et allemand et je suis toujours ravie de conseiller mes clients dans leur propre langue. »

En tant qu’investisseur, quels sont, selon vous, les avantages de la franchise?

L’appui logistique, la rapidité de l’aventure enrepreunariale mais aussi la liberté. En termes d’appui logistique, il est vrai que j’ai le sentiment d’appartenir à un réseau. La 30e franchise vient d’ouvrir ses portes sur Pensylvannia à Miami Beach, ici, les franchisés du groupe, nous nous connaissons tous. Appartenant à une franchise, nous nous plions à ses exigences en terme de produits mais aussi de décoration et d’accessoires. Dans ma boutique de Coco Walk, par exemple, je respecte le logo de la marque fait de 3 pastilles de couleur (cerise-gris-blanc), le chromatisme couleur du groupe pour les peintures mais aussi pour les gift boxes (de 4à 10$) qui me sont livrées clef en main par Macaron French Pastries.

Je reçois aussi des glaces conçues par la franchise ainsi que d’autres céres par un artisan glacier: la Gellateria qui sont destinées aux diabétiques. Fabriquées à partir de sirop d’agave et déclinées en vanille et chocolat, elles remportent un vif succès!

Qui dit franchise, dit aussi liberté! Je mets mes petites touches personnelles dans mon magasin, ma French touch: mini tour Eiffel, clin d’oeil aux lieux emblématiques parisiens, photos. Je commande aussi mes viennoiseries auprès d’un pâtissier agrée par la franchise. Pains aux chocolat, croissants ou twists, je les cuits tous les matins et ils sont chauds et dorés dès 11H pour l’ouverture. Ici, les américains les savourent jusqu’à minuit, à la sortie du ciné, il n’y a pas d’heure pour en manger.

Quel est l’esprit de Macaron French Pastries?

Je souhaiterais que mes deux enseignes miamiennes (Coco Walk et bientôt Key Biscayne) soient un lieu de rencontres et de convivialité. La proximité de l’école de Coconut à Coco Walk et de l’université, la U, draine une clientèle de familles mais aussi d’étudiants. Je reçois aussi de nombreux touristes, souvent latino-américains mais aussi français. Ils me demandent même conseil sur l’implantion en Floride et l’obtention d’un visa d’entrepreneur! Une nouvelle corde à mon arc d’investisseur! Le 4 juillet (Independence day) j’ai même reçu les habitants du quartier bahamien de Coconut qui goûtaient pour la première fois de leur vie notre emblème gourmand national.

Quels services offrez-vous?

« Nous sommes à la fois une boutique/salon de thé où vous pouvez déguster macarons, viennoiseries, café ou glaces. De nombreux clients sont fans de take away, notamment pour les viennoiseries. En grande quantité, notamment pour les petits déjeuners d’affaires, il est bon de réserver au moins 5 jours en amont car je ne peux produire que 20 pièces par jour. Nous offrons aussi un véritable service de catering pour tous vos évènements: mariages, naissances, Bar/Bat Mitzvah etc. Les coffrets cadeaux ont aussi énormément de succès parmi notre clientèle. »

Quels conseils donneriez-vous à un investisseur français?

« Je conseillerai premièrement d’être bien entouré dans cette aventure business. Choisissez de bons professionnels: de bons avocats, un bon expert-comptable, un bon franchiseur ou business broker si vous êtes indépendant.

Ne comptez pas uniquement sur vous même, ne cherchez pas à faire des économies de ce côté là. Cet investissement humain est bien le plus important, de là découlera en partie le succès de votre démarche. »

« Je conseillerai aussi d’aimer le travail et de s’y adonner avec coeur. Je travaille 7jours/7 de 11H du matin à minuit 30 et je peux vous dire que je n’ai pas vraiment le temps de profiter de la plage… Il faut aussi être un bon gestionnaire. Même franchisé, vous êtes le capitaine de votre business et de bonnes notions de gestion, ainsi qu’une trésorerie saine sont les bienvenues. »

151104_ad_wilson_1085x200

Send this to a friend