visa-e-2
compte bancaire
Atlanta
resto
ATM
Cleveland
Floride
Detroit
Bannière Exco US
LLC

En 2019, le prix de vente médian des propriétés aux États-Unis se situait entre 299 400 et 339 000 dollars. En 2020, le site Zillow prévoit une augmentation des prix de l’immobilier aux États-Unis de 2,8%. Malgré la hausse, il est fort à parier que celle-ci sera plus lente que d’habitude, représentant un intérêt certain pour les futurs investisseurs immobiliers. La demande est forte, particulièrement du côté de la génération Y qui s’intéresse aux propriétés individuelles. À l’heure où l’incertitude liée à la crise du Covid-19 persiste, et à l’aube de la nouvelle année 2021, il est intéressant de dresser l’état des lieux des prix de l’immobilier aux États-Unis.

Prix de l’immobilier aux États-Unis : les zones les plus chères

Dans un contexte de crise sanitaire, d’événements climatiques dévastateurs et d’une crise économique sans précédent, les ventes de maisons en Californie s’envolent. Selon les données du Bureau américain du recensement, les Américains seraient de plus en plus nombreux à se diriger vers l’El Dorado State (le surnom de la Californie), la plupart des relocalisations se produisant à l’ouest du fleuve Mississippi. C’est en tout cas ce qui apparaît dans le classement de l’agence PropertyShark, confirmant que la Californie assure sa position de leader en termes de prix du marché de l’immobilier.

En tête du classement de PropertyShark, la ville d’Atherton. Celle-ci garde sa position pour la quatrième année consécutive, avec un prix de vente médian de 7 millions de dollars. Au sud du comté de Los Angeles, on trouve également la plus grande concentration de zones dont le prix de l’immobilier atteint des sommets.

De son côté, San Francisco abrite les 11 zones géographiques les plus chères, s’imposant comme la métropole dans laquelle la concentration de propriétés aux prix élevés est la plus importante. Une centaine de zones géographiques marquées par des prix élevés se situent dans les régions de Los Angeles et dans la baie de New York City.

Dans les Hamptons, dans le comté de Suffolk, à l’extrémité de Long Island, Sagaponack est une petite ville de 300 habitants qui revient régulièrement en tête dans le classement des prix de l’immobilier aux États-Unis. Après Atherton, pour la troisième année consécutive, c’est là que l’on trouve les logements les plus chers, avec un prix moyen de 3,88 millions de dollars.

Pour la première fois en 5 ans, Tribeca (un quartier branché de l’arrondissement de Manhattan) ne figure pas dans le classement des villes les plus chères des USA. Ceci est essentiellement dû au contrecoup de la crise du coronavirus, à New York bien plus que dans n’importe quelle autre région. C’est d’ailleurs également la première fois de l’histoire qu’aucun quartier de New York ne figure parmi les 10 endroits les plus chers du pays.

En troisième position, le Massachusetts, avec 4 zones géographiques au sein du classement des endroits dont les prix de l’immobilier aux États-Unis sont les plus élevés. Ce sont notamment les célèbres endroits de Beverly Hills et Santa Monica qui arrivent en tête.

Dans le comté de King (État de Washington), qui abrite notamment la ville de Seattle, le prix de vente médian d’une propriété est de 3,2 millions de dollars, soit le 9e plus haut des États-Unis. Plus loin dans le classement, enfin, le comté de Miami-Dade en Floride est au 23e rang, avec un prix médian de 2,7 millions de dollars par propriété.

Les endroits les plus abordables en termes de prix des habitations aux USA

Sur la base des analyses prédictives du site Mashvisor, il est possible de dresser la liste des grandes villes américaines dans lesquelles les prix de l’immobilier sont les plus abordables :

Pittsburgh, PA (prix médian : 230 803$)

Pittsburgh s’impose comme une ville dans laquelle l’investissement immobilier est relativement rentable. Le coût de la vie y est faible, à raison de 5,8% de moins que la moyenne américaine. Plus de la moitié des habitants de Pittsburgh (56%) sont des locataires, faisant de cette ville une valeur sûre en termes d’investissement locatif. Pittsburgh connaît également une belle croissance économique, ce qui contribue également à stimuler la croissance économique.

Detroit, MI (prix médian : 168,689$)

Celle que l’on appelle Motor City offre certains des investissements immobiliers les plus abordables des États-Unis. Le coût de la vie y est également plus faible que dans le reste du pays et la reprise économique semble placer Detroit sous une bonne étoile, faisant d’elle une ville intéressante en termes d’immobilier locatif.

Fort Wayne, IN (prix médian : 214 240$)

Dans l’État d’Indiana, Fort Wayne est l’une des villes les moins chères des USA. D’autres villes de cet État américain offrent également de belles perspectives aux investisseurs, dont Bloomington, South Bend, Evansville, Indianapolis, Lafayette et Elkhart-Goshen.

Cleveland, OH (prix médian : 163 552$)

Ceux qui s’intéressent de près à un investissement locatif aux États-Unis ne pourront pas faire l’impasse sur Cleveland. Cette ville en nette progression offre des prix abordables et un coût de la vie de 22,9% de moins que la moyenne nationale. Le succès du marché locatif à Cleveland est et sera notamment assuré par sa croissance économique, en particulier grâce à son secteur manufacturier.

Le prix de l’immobilier aux États-Unis et crise sanitaire

Alors que le marché de l’immobilier tente de se remettre sur pieds suite aux perturbations provoquées par le coronavirus au printemps 2020, le prix des propriétés repart à la hausse.

En juin 2020, selon la Banque de la Réserve fédérale de Saint-Louis, le prix médian de l’immobilier aux États-Unis était de l’ordre de 329 000 $. En comparaison avec les chiffres du mois de mars, c’est-à-dire 3 mois plus tôt, cela représente une augmentation de près de 22 000$.

Si l’on compare ces chiffres avec ceux de l’année précédente, on remarque également une augmentation de 5,6%.

Le prix médian de l’immobilier aux États-Unis a augmenté dans 81 des 85 plus grandes régions métropolitaines du pays, selon le rapport du site Redfin. La NAR (National Association of Realtors), quant à elle, indique une augmentation de plus de 20% en moyenne des prix de l’immobilier aux États-Unis, à travers les principales régions du pays.

Dans le contexte de la crise sanitaire, le marché du logement fait partie des secteurs considérés comme moteurs de la reprise économique aux USA. Toutefois, les experts restent divisés quant à savoir si le regain sera durable ou si un nouveau fléchissement pourrait se produire à mesure que la demande refoulée s’épuisera.

Les professionnels de l’entreprise immobilière Haus ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que la reprise du marché immobilier prenne la forme d’un « W volant », par opposition à un « U » ou un « V » traditionnel. Ils observent en effet que les niveaux d’activité actuels qui résultent de la demande refoulée ne seront pas maintenus au cours des derniers mois de l’année. Les experts de la National Association of Realtors, quant à eux, affirment que la reprise est durable pour « de nombreux mois à venir ».

Pour envisager un investissement immobilier et obtenir des informations fiables sur les prix de l’immobilier aux États-Unis, n’hésitez pas à contacter l’équipe d’Investir.US.

Contactez un expert francophone de l’immobilier aux etats-unis

Detroit
compte bancaire
Guide INV
Floride
LLC
Atlanta
visa-e-2
INV – 151001 banner_default_investir_728x90
ATM
Bannière Exco US
resto
Cleveland