Une taxe de 20% aux frontières pour les entreprises exportatrices

Une taxe de 20% aux frontières pour les entreprises exportatrices

laura M. Investor solutions

Les Etats-Unis songent à mettre en place une taxe aux frontières de 20%. Si cette taxe voit le jour, elle serait très pénalisante pour les entreprises qui exportent outre-Atlantique.  Les marchés du luxe, du vin ou encore de l’aéronautique seraient les grands perdants de cette taxe.


Donald Trump avait annoncé dans son programme vouloir taxer les importations pour relancer la production américaine. Il semblerait que le 45ème président des Etats-Unis tienne parole. Une réforme fiscale sur la taxation des importations est prévue aux Etats-Unis et suicite de grandes inquiétudes notamment chez les entreprises Françaises. Ce projet prévoit d’intégrer les importations dans l’assiette de l’impôt sur les sociétés, ce qui reviendrait à les taxer à 20 % et à exonérer les exportations. L’objectif est de taxer les entreprises qui exportent aux Etats-Unis sans produire localement.
Si ce projet de taxation est voté par le Congrès, de nombreuses entreprises et secteurs industriels pourraient être touchés par cette « border adjustment tax ».


« C’est beaucoup plus sophistiqué qu’une simple taxe sur les importations. Ce serait un changement radical qui obligerait l’Europe à repenser son propre système fiscal »,  alerte Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du Medef.




La France peut-elle riposter ?

Si ce projet de taxation est voté par le Congrès, les entreprises Françaises craignent que la réaction européenne ne soit pas à la hauteur.


 « Nous sommes face à une montée du protectionnisme en matière fiscale qui n’est, à ce stade, pas appréhendée par les candidats à l’élection présidentielle en France », s’alarme l’Association française des entreprises privées (Afep).



Une réunion avec les grands groupes Français s’est récemment tenue à Bercy pour réfléchir à la situation. Les entreprises les plus concernées par ce projet tentent de s’allier avec des grandes entreprises américaines comme Walmart ou Target afin d’espérer faire pression sur le Congrès.


151104_ad_wilson_1085x200
By | 2017-03-27T19:55:50+00:00 27 mars, 2017|Categories: Economie Etats-Unis|

Send this to a friend