Quels sont les dangers à Miami quand on investit ?

Quels sont les dangers à Miami quand on investit ?

Facebook banner

Quels sont les dangers à Miami quand on investit?

Le sud-est de la Floride fait rêver plus d’un entrepreneur en quête d’expatriation. Mais créer ou acheter une entreprise dans la région peut s’avérer risqué, surtout si l’on ne connait pas le marché. Jacques Bloch, business broker expérimenté à Miami, accompagne depuis plusieurs années les francophones dans leur projet de vente ou d’achats de business. Tour d’horizon des dangers à anticiper avec cet expert.

Quels sont les dangers à Miami quand on investit ? Réponse avec le business broker Jacques Bloch.

Les dangers à Miami : mal choisir son quartier

Habitué à aider des Français à s’installer à Miami, en particulier dans le cadre d’un visa investisseur E2, Jacques Bloch est aussi familier des idées reçues que peuvent avoir ces futurs expatriés. « Vu de France, Miami n’est que plage et palmiers. Or cette image de carte postale correspond à Miami Beach, une ville différente dont l’écosystème est lié au tourisme », met d’emblée en garde le business broker. Avec ses 450 000 habitants, son quartier d’affaires et ses nombreux bureaux, Miami a tout de la grande ville américaine dynamique, mais avec ses spécificités.  En l’occurrence, une culture latino-américaine très marquée.

« Miami est au cœur d’une région complètement bi-culturelle, et cela se ressent dans le business. Une majorité de gens parlent espagnol, et certaines zones sont même quasi uniquement hispanophones », relève Jacques Bloch. Little Havana résonne de rythmes cubains, Doral, au nord-ouest de la ville, affiche son visage vénézuélien… Autant de quartiers où il ne veut mieux pas installer votre business si vous ne parlez pas espagnol, comme votre clientèle et vos employés. Cette culture latine, qui fait le charme de Miami, s’accompagne de certaines modalités quant aux méthodes de travail. « Il n’y a pas forcément la même rigueur dans le travail que dans le reste de la culture américaine », remarque l’expert. A avoir en tête avant de lancer ses recrutements.

Le conseil de Jacques Bloch : « L’aspect culturel est très fort à Miami. Si aujourd’hui, toutes les démarches pour acheter une entreprise peuvent se faire à distance, il est vivement recommandé de visiter la ville avant de choisir où se baser. »

Les dangers à Miami : se lancer dans un business qu’on ne maîtrise pas

Nouvelle aventure, nouvelle vie à l’étranger… Il peut être tentant de redémarrer à zéro sa vie professionnelle en débarquant sur le sol américain. Ce que Jacques Bloch déconseille. D’une part parce qu’il sera bien plus difficile de convaincre l’officier d’immigration de la viabilité de votre projet, si vous candidatez au visa E2. D’autre part, parce que les diplômes et certifications ne sont pas identiques entre la France (ou la Belgique, la Suisse, le Québec) et les Etats-Unis. Se « mettre à niveau », ou tout du moins dans la légalité, dans son propre secteur professionnel, sera suffisamment prenant pour ne pas tenter de reconversion extravagantes.

Le conseil de Jacques Bloch : « Les Français sont nombreux à se lancer dans la petite et la grande restauration, ou à créer des salons de beauté. J’accompagne par ailleurs tout type de projet, de l’entreprise de location de bateaux à la boutique d’accessoires pour chiens. Tout est possible, mais restez au maximum proche de votre savoir-faire, des compétences que vous maîtrisezEt si vous voulez vraiment changer, prenez le temps de vous former avant de partir.»

Les dangers à Miami : sous-estimer le coût de son installation

La réputation de la Floride n’est pas usurpée : la fiscalité est très avantageuse dans cet Etat des Etats-Unis. Ce qui rend Miami très attractive, en plus de son climat agréable et d’une vie quotidienne moins onéreuse qu’à New York ou San Francisco. « Au-delà de l’imposition fédérale, payée par tout le monde, il n’y a quasiment aucune autre taxe, ni au niveau de l’Etat, ni au niveau de la ville de Miami », souligne Jacques Bloch. Qui tempère : « Les contribuables payent clairement moins d’impôts et de charges sociales qu’en France, mais les Etats-Unis n’ont pas la même culture de la redistribution. » Ecole, hôpital, assurance santé… Beaucoup de frais sont à prendre en charge soi-même quand on vit aux Etats-Unis, et cela représente un poste de dépenses important.

Le conseil de Jacques Bloch : « Il ne faut pas être  trop ‘aveuglé’ par un niveau d’imposition plus avantageux, mais bien prendre en compte tous les coûts directs et indirects d’une implantation aux Etats-Unis, et surtout prévoir des réserves suffisantes pour passer les premiers 6 à 12 mois  sur place. »

Les dangers à Miami : négliger l’administratif

Lorsque vient le moment d’acheter ou lancer son entreprise, il convient d’être prudent et de prendre son temps dans le tunnel de démarches administratives que vous amorcez. Jacques Bloch met en avant trois points cruciaux :

  • La valorisation de votre business : soyez prudent sur les chiffres avancés par le vendeur, et faites obligatoirement réaliser une due diligence par un comptable.
  • Le bail commercial : vous louez vos locaux ? Le bail commercial est différent du modèle français, et réserve quelques pièges. Ayez particulièrement à l’esprit qu’un propriétaire peut vous mettre à la porte dès la fin du bail si vous ne signez pas de clause de renouvellement, par exemple.
  • Les licences et permis nécessaires à votre activité : ils sont directement liés à l’Etat de la Floride. Renseignez-vous en amont auprès de la Chambre de commerce pour connaître les règles qui touchent votre activité. Un contrôle impromptu, si vous n’êtes pas à jour, peut vous obliger à fermer boutique.

Les dangers à Miami : ne pas savoir s’adapter

« Beaucoup de gens ont des idées très claires sur leur business, or il y a des concepts qui fonctionnent, et d’autres qui ne fonctionnent pas », met en garde le spécialiste. Dans le cas particulier de la restauration par exemple, les Français auront des goûts généralement nettement plus sophistiqués que les Américains,  et c’est encore plus vrai à Miami. Jacques Bloch recommande ainsi d’avoir toujours sur sa carte « des salades, des soupes chaudes (lentilles, pois..), des sandwichs, car c’est ce que la population locale a l’habitude de consommer ». Etre attentif à la demande, respecter ce que veulent les gens et savoir adapter son projet initial est l’une des clefs de la réussite. Quant au domaine tout aussi prisé de la beauté, il comprend un autre défi : « Lorsqu’un coiffeur, un masseur, un spécialiste de l’esthétique s’en va, il emmène bien souvent sa clientèle avec lui. Il est donc important de fidéliser ses employés et de créer une vraie équipe. »

Le conseil de Jacques Bloch : « Soyez humble et ouvert. Vous ne tiendrez pas longtemps à Miami si vous ne vous adaptez pas au marché latino-américain. »

J’accompagne tout type de projet, de l’entreprise de location de bateaux à la boutique d’accessoires pour chiens. Tout est possible, mais restez au maximum proche de votre savoir-faire.

Jacques Bloch, Business broker Miami, YourBusinessinMiami

Les dangers à Miami : conseils généraux

  • Ne vous lancez pas dans la création ou l’achat d’une société tout seul. Il faut normalement au moins trois ou quatre professionnels pour vous accompagner dans les démarches : un business broker, un comptable, un avocat d’affaire et, selon votre situation, un avocat d’immigration.
  • Achetez toujours une affaire par le biais d’une société américaine que vous aurez créée, et pas en votre nom propre. Cela évite d’être attaqué sur ses biens personnels en cas de faillite, ou de problème légal, et c’est la même chose lorsque vous achetez une maison ou un appartement.
Contacter Jacques Bloch

Desjardins Top

Un Projet d'Investissements aux USA ?

Contactez-nous pour des conseils gratuits et personnalisés pour réussir votre projet

Service Gratuit et sans Engagement

Message envoyé
MERCI !

Send this to a friend