En 2018, les recettes fiscales totales des États-Unis représentaient 24 % du PIB (produit intérieur brut), soit bien moins que la moyenne pondérée de 34% pour les autres pays de l’OCDE. Il est intéressant de se pencher sur la fiscalité aux USA et de la comparer à celle des autres pays. Investir US fait le point.

Fiscalité aux USA : zoom sur les recettes globales

En comparaison aux autres pays à revenu élevé, la fiscalité aux USA est relativement basse. En 2018, les impôts américains représentaient 24,3 % du produit intérieur brut, contre une moyenne de 34,3 % pour les 35 autres pays membres de l’OCDE. Parmi ces derniers, les seuls pays à percevoir des recettes fiscales moindres par rapport aux États-Unis, en pourcentage du PIB, sont l’Irlande, le Chili et le Mexique.

Dans les 7 pays européens, les impôts dépassent 40 % du PIB, inscrivant la France en chef de file, à 46,1% de fiscalité. A noter toutefois que ces pays fournissent généralement des services publics plus étendus que les États-Unis.

De quoi sont composées les recettes fiscales aux USA ?

Fiscalité aux USA

Pour comprendre d’où vient l’argent, il est intéressant de découper la fiscalité aux USA en fonction de la provenance des différentes recettes :

Les impôts sur le revenu et les bénéfices

Les impôts sur le revenu des particuliers et les bénéfices des entreprises représentaient 45 % du total des recettes fiscales des États-Unis en 2018. Proportionnellement, cela équivaut à un montant supérieur par rapport à la plupart des autres pays de l’OCDE, où ces impôts représentaient en moyenne 34 % du total des recettes fiscales.

C’est en Australie, au Danemark et en Nouvelle-Zélande que les impôts sur le revenu et les bénéfices sont supérieurs à ceux des USA, générant plus de la moitié de leurs recettes totales. Outre-Atlantique, les impôts sur le revenu et les bénéfices des particuliers ont généré à eux seuls 41 % du total des recettes fiscales, contre 24 % en moyenne au sein de l’OCDE.

Les cotisations de sécurité sociale

En 2018, les États-Unis ont perçu légèrement moins de recettes émanant de la retraite, de l’invalidité et d’autres programmes de sécurité sociale – un quart de l’ensemble des recettes fiscales – en comparaison avec la moyenne des pays de l’OCDE (26%). La République tchèque ou le Japon, par exemple, en revanche, perçoivent chacun 40% ou plus de leurs recettes sous forme de cotisations de sécurité sociale.

Impôts fonciers et fiscalité aux USA

Au niveau des impôts fonciers, les USA se placent largement devant bon nombre de pays de l’OCDE, avec des recettes deux fois supérieures (12% par rapport à 6% de moyenne à travers l’OCDE). La quasi-totalité des recettes provenant de l’impôt sur l’immobilier aux États-Unis est perçue par les gouvernements des États et les collectivités locales.

Taxes sur les produits et services

Lorsque l’on regarde les chiffres, on observe que les USA dépendent moins des taxes sur les biens et les services que tout autre pays de l’OCDE. 18 % des recettes fiscales sont ainsi collectées, contre 32 % pour l’OCDE.

La TVA, quant à elle, reste en 2018 la principale source de recettes fiscales sur la consommation au sein de l’OCDE. Utilisée à travers le monde entier, cette taxe sur la valeur ajoutée est largement utilisée, sachant qu’aux Etats-Unis, elle est perçue par les gouvernements des États et les collectivités locales.

Taxes sur les produits et services

Les États-Unis dépendent moins des taxes sur les biens et les services (y compris les taxes générales sur la consommation et les taxes sur des biens et services spécifiques) que tout autre pays de l’OCDE. Ils perçoivent ainsi 18 % des recettes fiscales, contre 32 % pour l’OCDE. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) – un type d’impôt général sur la consommation perçu par étapes – est la principale source de recettes fiscales sur la consommation au sein de l’OCDE. La TVA est utilisée dans le monde entier dans 160 pays, y compris dans les 35 pays membres de l’OCDE, à l’exception des États-Unis. Aux États-Unis, la plupart des recettes provenant des taxes à la consommation sont perçues par les gouvernements des États et les collectivités locales.