À la lecture d’un article paru dans le magazine Forbes, il nous a semblé important de partager avec vous des informations relatives à l’actualité économique, notamment dans le domaine de l’immobilier.

Le phénomène n’est pas nouveau : l’immobilier et la technologie flirtent ensemble depuis un bon moment. Alors que certains sites comme Zillow, ont profité d’évolutions technologiques pour améliorer leur expérience utilisateur, d’autres ont fait, du digital, une arme de combat. Zoom sur quelques startups immobilières américaines qui surfent sur la fintech pour tirer leur épingle du jeu.

Une question ? Contactez-nous pour un entretien gratuit avec un expert francophone

Better.com

Cette entreprise fait partie des startups immobilières américaines qui grimpent. Installé à New York, Better.com est un organisme prêteur qui invite les acheteurs à s’octroyer une préapprobation en … 3 minutes seulement. Misant sur la compétitivité, le fondateur a eu l’idée de créer Better.com après une déception immobilière, ne pouvant pas rivaliser avec un acheteur qui pouvait payer son appartement en liquide. Derrière Better.com se trouvent un logiciel de comparaison puissant et surtout, la promesse de rendre le processus d’emprunt le plus fluide possible.

Cadre

Également basée à New York, la startup Cadre a su lever des fonds en ligne et utilise une analyse de données avancée pour trouver des transactions. Au final, les frais sont réduits, au même titre que les complications auxquelles les investisseurs institutionnels et fortunés sont confrontés lorsqu’ils s’engagent dans des partenariats immobiliers commerciaux. Avec le lancement d’un marché secondaire en 2018, l’entreprise tente également de simplifier la revente des intérêts immobiliers.

Divvy Homes

Parmi les startups immobilières américaines installées à San Francisco, Divvy Homes, une version numérique plus actuelle du traditionnel modèle de location avec option d’achat. L’entreprise achète des maisons et devient propriétaire de ses clients. Ces derniers payent un droit d’entrée initial de 2%. En outre, une partie du loyer mensuel peut être convertie en acompte, si toutefois le locataire souhaite acheter la maison plus tard. Actuellement, ce service est proposé dans certaines villes américaines uniquement.

Opendoor

Également basée à San Francisco, Opendoor est présente dans une vingtaine de villes. Il propose aux vendeurs de biens immobiliers de proposer leur bien pour un règlement au comptant. Les offres sont reçues en 24 heures maximum et la vente est conclue en 2 semaines à peine. De leur côté, les acheteurs peuvent planifier des visites et faire des offres sur n’importe quelle maison à vendre dans les villes dans lesquelles le service est proposé.

Roofstock

À Oakland en Californie, Rooftsock se présente comme une place de marché numérique qui propose aux investisseurs d’acheter des propriétés locatives à travers 25 états américains. La plupart des locations sont déjà pourvues de locataires.

States Title

A 38 ans, Max Simkoff, cofondateur et PDG de States Title mise sur les données en ligne et l’analyse prédictive pour assurer 8 maisons sur 10 en moins d’une minute. L’avantage : la finalisation plus rapide des transactions immobilières et des économies intéressantes.

Unison

Sur la plateforme en ligne Unison, les acheteurs et les propriétaires immobiliers que quelque 30 états américains peuvent vendre une partie de la plus-value future de leur maison. La contrepartie est 10% du prix d’achat d’une maison, une somme qui est utilisée comme apport partiel. Lorsque la maison est vendue, Unison et ses investisseurs institutionnels se servent à raison de 33 % de la plus-value du bien immobilier.