160205_ad_david_robinson_728x90

Valérie Dujardin est intermédiaire en achat/vente d’entreprises chez VR Business Broker, un groupe américain comptant plus de 150 bureaux en Amérique du Nord. Franco-canadienne, résidant à Miami depuis de nombreuses années, Valérie est parfaitement bilingue et biculturelle et bénéficie d’une connaissance approfondie du tissu entrepreneurial de la Floride du sud, ses dynamiques et ses secteurs porteurs.

Réaliser un investissement judicieux

Formée à McGill en management puis à la Sorbonne en finance internationale, Valérie Dujardin a évolué pendant 12 ans dans le financement des petites et moyennes entreprises, au sein de banques spécialisées et sociétés de gestion de fonds.

Avant de se lancer dans l’intermédiation à Miami, Valérie Dujardin dirigeait une équipe de gestionnaires de fonds basée à Genève.

Grâce à cette expérience professionnelle et sa formation universitaire, Valérie Dujardin sait non seulement analyser la profitabilité des entreprises et les valoriser  mais également négocier et revoir les contrats. Femme de parole et de défis, Valérie saura vous accompagner au mieux dans votre choix entrepreneurial.

Valérie Dujardin définit ainsi la typologie de clients qui la contactent à la recherche d’une belle opportunité entrepreneuriale. “Mes clients aujourd’hui sont essentiellement des salariés qui cherchent à se lancer dans l’entreprenariat”. Valérie Dujardin reconnaît que ses clients possèdent souvent l’expertise technique et managériale nécessaires au lancement de cette aventure mais pas forcément “les connaissances ou l’expérience pour pouvoir reconnaître une bonne affaire, et savoir si elle est correctement valorisée”.

C’est par cette analyse  et son expérience du marché que notre intermédiaire en achat/vente d’entreprises pourra étudier avec vous les fondamentaux de votre entreprise. Valérie insiste sur la nécessité d’un bon business plan mais aussi d’une trésorerie conséquente, en amont de tout projet. “Bien souvent, les investisseurs sous-estiment leurs besoins de trésorerie. Ils pensent, bien sûr, au prix d’achat mais passent à côté des autres financements à apporter dans les premiers 6 mois qui suivent l’acquisition: les cautions nécessaires pour sécuriser un bail commercial, le budget familial requis pour faire vivre décemment une famille en attendant de générer de réels revenus, les frais de marketing pour lancer l’activité.” Tous ces paramètres sont à prendre en compte et exigent prévoyance et planification financière.

Un investissement bien ciblé

Comme le souligne notre experte, il est fondamental, au moment de se lancer dans une première acquisition de business aux US, de bien sélectionner son domaine d’activité.

Mieux vaut-il préférer, dans un premier temps, “une activité très simple à gérer comme un pressing ou une société de lavage de voitures ou encore le rachat d’une activité existante qui a déjà pignon sur rue ” car il ne faut pas sous-estimer l’écart important qui existe entre l’Europe et les US (et la Floride particulièrement) dans les habitudes de consommation

Valerie Dujardin

Notre experte déconseille notamment de se lancer dans la restauration à Miami sans expérience préalable, “c’est un pari bien risqué” nous confie-t-elle.

Valérie Dujardin conseille vivement de racheter une entreprise existante plutôt que de se lancer dans un projet de création d’entreprise ex-nihilo dans le cadre d’une première implantation aux US. En effet, si vous choisissez de créer votre société “il n’y a statistiquement que 20% de chances de réussite” déclare-t-elle. Le phase de lancement peut effectivement s’avérer longue et coûteuse en raison notamment des délais souvent plus longs que prévus dans les travaux d’aménagement du local commercial ou  l’obtention des permis et licences d’opération. “Prévoyez une période d’aménagement beaucoup plus longue et une trésorerie conséquente si vous choisissez cette première option”.

Comme le conclue avec pragmatisme notre business broker: “ Je conseille toujours à mes clients de s’orienter vers une entreprise qui a déjà une clientèle établie et des revenus assurés”.

Un accompagnement sur-mesure

Les investisseurs étrangers doivent bien s’entourer car toute la période préparatoire à l’achat est très importante”. Procéder à une bonne due diligence, revoir les contrats et les bilans avec sérieux constitue une étape fondamentale car “si vous avez commis une erreur, si vous vous rendez compte après l’acquisition que l’entreprise génère la moitié du chiffre d’affaire annonce, que le propriétaire décide de partir avec les plus gros clients ou que le bail prévoit une clause qui pourrait gêner votre activité, vous n’aurez aucun recours, ” souligne Valérie.

Un autre conseil de notre experte est de savoir s’entourer des bons interlocuteurs. “A force de travailler sur plusieurs dossiers et cas de figure, je sais qu’il est important de trouver le bon interlocuteur (avocat d’immigration, avocat d’affaires, expert-comptable…) adapté à chaque situation”. Un accompagnement sur mesure que Valérie saura mener avec son client jouant à chaque fois le rôle de facilitateur, de conseiller, de négociateur et d’interface mais aussi de support financier et moral dans cette aventure magnifique que constitue l’achat d’une société en Floride.

Forte de son expérience financière, de son sérieux et de sa droiture mais également d’un accès privilégié à l’ensemble des opportunités d’affaires disponibles sur le marché grâce à son appartenance au réseau des business brokers de Floride, Valérie Dujardin sera votre interlocutrice de choix.

Retrouvez l’expertise de Valérie Dujardin en vidéos :

INV – 151001 banner_default_investir_728x90