Detroit Investment


Législatives : les Français à l’étranger privés de vote électronique

C’est une annonce qui devrait faire grand bruit.

Ce lundi après-midi, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, le gouvernement actuel a décidé de retirer le vote électronique aux Français à l’étranger pour les législatives 2017. Les Français qui résident à l’étranger devront voter de façon traditionnelle pour l’élection présidentielle de juin 2017.

Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, a annoncé devant l’Assemblée des Français de l’étranger que le gouvernement supprime le vote par internet. Les Français établis à l’étranger ne pourront donc pas voter par voie électronique aux législatives de juin prochain.

Des mesures spécifiques devraient être prises pour  faciliter le vote des Français à l’étranger. La date limite pour faire une demande matérielle de vote par correspondance devrait être prolongée jusqu’au 31 mars 2017.


Que craint le gouvernement ?

Cette interdiction a été prise sur la base des avertissements des experts de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques qui affirment que la menace d’une cyber-attaque est élevée. Le vote électronique des Français de l’étranger aux législatives avait été possible pour la première fois en 2012 et s’était déroulé sans incident. Cette année, le gouvernement a jugé préférable de retirer le vote électronique aux Français de l’étranger afin de ne prendre aucun risque.

Selon le ministère des Affaires étrangères et du développement international, «Les Français inscrits sur les listes électorales pourront exercer leur droit de vote à l’urne dans les mêmes conditions que lors de l’élection présidentielle, les votes par correspondance et par procuration seront facilités et encouragés».

Axelle Lemaire, Ex-secrétaire d’Etat chargée du Numérique et candidate PS à sa réélection comme députée des Français du Royaume-Uni et d’Europe du Nord, a dénoncé cette décision qu’elle qualifie de “déni démocratique”.


Législatives : les Français à l’étranger privés de vote électronique

Guide INV