Bochurberg

Très bon pour l’économie de cet Etat du nord du pays, l’exploitation du gaz de schiste du Dakota du Nord apporte aussi son lot de complications.

« Ruée vers l’or »,  « eldorado de l’Amérique », « fièvre de l’or noir » : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la situation dans le Dakota du Nord où l’exploitation du gaz de schiste est en train de complètement transformer cet Etat jusque là assez peu médiatisé. Il y a encore de cela cinq ans, la partie nord-ouest du Dakota du Nord était une zone sinistrée, une de ces nombreuses campagnes américaines qui se mourraient en silence. Jusqu’à ce que l’on découvre la formation géologique de Bakken, une zone profonde sous terre, abondante en hydrocarbures non conventionnels. Avec la technique de fracturation hydraulique des roches, communément appelée fracking aux Etats-Unis, le pétrole enfouit est désormais exploitable. Ce bassin pétrolier est aujourd’hui considéré comme le plus grand en cours d’exploitation en Amérique du Nord. Il faut dire que la zone est immense, environ trois fois la superficie de l’Ile-de-France ! Aux Etats-Unis, seul le Texas produit plus de barils de pétrole. Comme au Texas, en Pennsylvanie et dans tous ces Etats qui se sont découverts des ressources considérables en énergie fossile, le Dakota du Nord a vu son taux de chômage fortement baisser et sa population grandir alors que de nombreux habitants des Etats voisins s’y installent pour y trouver du travail.

Mais cet eldorado vient aussi avec son lot de problèmes. Le premier étant bien sûr lié à l’environnement. Si le gaz de schiste est interdit en France, c’est que son extraction provoque de grave dégâts environnementaux désormais bien connus : pollution des nappes phréatiques qui entraînent des problèmes sanitaires, pollution au méthane dans les aquifères, dégradation de la qualité de l’air, notamment au Benzène et au Toluène. Sans parler que la fracturation hydraulique serait à l’origine de tremblements de terre à répétition. Un des problèmes spécifiques au Dakota du Nord, c’est le transport du pétrole de cet Etat du nord des Etats-Unis vers le reste du pays. Aujourd’hui, les oléoducs ne suffisent plus à acheminer la production de pétrole, qui a explosé en seulement quelques années. Les sociétés énergétiques qui exploitent le gaz de schiste ont en conséquence recourent à des convois sur rails (wagons-citernes) ou sur route (poids lourds). Deux problèmes à cela : la pollution de ces deux modes de transports et les accidents trop réguliers – déraillement et accidents de la route – qui provoquent d’importants dégâts sanitaires et matériels. Selon le département des transports américain, le gaz de schiste extrait de Dakota du Nord étant plus inflammable que le pétrole brut traditionnel, il s’agit d’un des produits les plus dangereux à transporter.

Dernière complication indirectement liée à cette exploitation massive, les problèmes de logement et l’explosion des prix de l’immobilier. Les petites villes de Dakota du Nord n’étaient en effet pas prêtes à accueillir une population florissante. Et ceux qui ont une chance de trouver une petite maison près des sites d’exploitation doivent payer le prix fort.

Guide INV