Porto Rico en faillite, les USA répondront-ils à l’appel au secours ?

Home/Actualités de l'investissement aux USA/Porto Rico en faillite, les USA répondront-ils à l’appel au secours ?

Porto Rico en faillite, les USA répondront-ils à l’appel au secours ?

160204_ad_Michael-Rousselle-Paris-rendez-vous_728x90

Asphyxié par une dette que le pays ne peut plus rembourser, Porto Rico demande le droit à la faillite aux Etats-Unis. “Impossible” répond Washington, de par la nature-même de ce territoire non-incorporé au système fédéral américain. 3.5 millions de Portoricains sont dans l’attente d’un signe de l’Oncle Sam…

72 milliards de dette

72 milliards de dollars, c’est le montant de la dette publique de Porto Rico. Lundi, Alejandro Garcia Padilla, le gouverneur de l’île, a annoncé qu’il allait demander de déclarer le droit à la faillite aux Etats-Unis, ne pouvant plus payer ses employés.

Objectif : restructurer, sur un délai de cinq ans, les échéances avec ses créanciers, des fonds de pension en grande partie, ou étendre le programme des prêts actuels pour aider le gouvernement de San Juan, la capitale, à rendre l’économie insulaire compétitive.

Pas de plan de sauvetage fédéral

Problème, en tant que territoire non-incorporé des Etats-Unis, c’est-à-dire n’ayant pas le statut d’Etat de l’Union comme les 50 qui composent le pays, Porto Rico n’a pas la possibilité de recourir à cette solution. Sauf si le Congrès vote une loi pour accorder ce régime dit du « Chapitre 9 » qui figure dans le code américain des impôts.

La ville de Détroit avait notamment fait appel à cette loi, en juillet 2013, pour renégocier ses créances.

Par ailleurs, la Maison Blanche a déclaré que l’île caribéenne ne bénéficierait pas d’un plan de sauvetage fédéral, comme cela avait été le cas pour la plus grande ville du Michigan, en novembre 2014. Cependant, The White House pourrait faire quelques efforts pour que les institutions publiques puissent utiliser des fonds publics des contribuables américains pour voler au secours de l’Etat hispanophone.

Une faillite qui pourrait avoir des conséquences sur la présidentielle de 2016…

Une décision que les Républicains, majoritaires au Congrès, refusent, dénonçant un territoire mal géré depuis des années. Le cas de Porto Rico pourrait cependant cristalliser les tensions avec les Démocrates et avoir un écho politique important, notamment en Floride, réputé pour être un Etat-charnière (swing-state) en prévision des élections présidentielles de 2016. 5 millions de descendants et migrants portoricains ont fuit leur île en raison de son déclin économique pour s’installer dans le Sunshine State (et dans la région de New York).

Dans un premier temps, certaines organisations publiques pourraient fermer à cause du manque de ressources financières, comme le soulignait la Banque gouvernementale de Puerto Rico en avril dernier. Par ailleurs, les habitants devront s’attendre à une augmentation des impôts, conjuguée à une baisse massive des aides d’Etat.

Hasard de l’actualité, le cas de Porto Rico fait évidemment écho à celui de la Grèce, dans l’incapacité de payer l’échéance d’1,6 milliard d’euros qu’elle doit rembourser au FMI avant demain.

En bonus, nous vous proposons de visionner notre interview de Antoine de Marsily, Consul honoraire de France à Porto Rico, rencontré en mai 2015, au Symposium Mondial des Conseillers du Commerce Extérieur de la France, à Miami. Il s’exprime ici sur le tissu économique de l’île.

Guide INV
By | 2016-11-25T18:29:47+00:00 30 juin, 2015|Categories: Actualités de l'investissement aux USA|Tags: |
mautic is open source marketing automation

Send this to a friend