laura M. Investor solutions

Miami Art Basel ouvrait ses portes aux VIP le 2 décembre 2015  pour sa 1ème edition. Le public devait quant à lui attendre le lendemain pour trois jours dédiés à l’Art contemporain sous ses plus belles expressions: peinture, photographie, art vidéo et sculpture. Suivons avec Arte Sébastien Laboureau, conseiller expert en art contemporain et ses clients, riches collectionneurs français, parmi le dédale des galeries du Convention Center au gré du fil de Picasso et de Chagall.

Miami Art Basel , quand l’investissement dans l’art devient valeur

Durant 3 jours, du 3 au 6 décembre 2015, Miami a vécu l’effervescence et le tourbillon d’Art Basel assistant au raz de marée des plus grands collectionneurs et investisseurs dans l’art à l’assaut  des palaces Art Déco ou des pistes des aéroports privés (800 jets privés ont ainsi été recensés en trois jours). Ce rendez-vous mondial de l’art contemporain qui anime et investit chaque parcelle de la Sunshine City, des murs graffés de Wynwood aux foires satellites de Midtown jusqu’au Saint Graal du Convention Center est une déferlante de passionnés venus débusquer leur “coup de coeur”. De 2000 à 30 millions de dollars, la passion prend la mesure de votre portefeuille .

Coup de coeur” ou “coup dans la valeur”, Miami Art Basel regroupait pour cette 15 ème édition 280 galeries venues du monde entier (Londres, New-York, Paris, Bogota) qui exposaient aux yeux d’un public médusé  pour plus de 3 milliards de dollars d’oeuvres d’art. Encore mieux qu’un musée géant, Miami Art Basel offre à tous la possibilité de déambuler parmi les oeuvres les plus cotées au monde, tout en profitant d’une proximité totale avec la toile. L’art contemporain est aujourd’hui une pierre angulaire de l’investissement. Comme le rappelle l’expert Sébastien Laboureau,On doit penser en termes de plaisir dans un premier temps puis de valorisation dans un second”.

Si le “Nu couché “de Modigliani a battu l’histoire des ventes aux enchères le mois dernier chez Christie’s en tirant sa révérence pour la somme de 170, 4 milliards de dollars, c’est que l’investissement dans l’art est plus qu’un Violon d’Ingres !

151104_ad_wilson_1085x200