Investir dans l’art : la photographie, un “coup de coeur” encore adordable !

Home/Actualités de l'investissement aux USA/Investir dans l’art : la photographie, un “coup de coeur” encore adordable !

Investir dans l’art : la photographie, un “coup de coeur” encore adordable !

160204_ad_Michael-Rousselle-Paris-rendez-vous_728x90

Le monde de l’art s’est introduit ces dernières années chez les investisseurs et dans les foyers par la petite porte: celle de la photographie d’art . En plein boom depuis une dizaine d’années, la photographie reste un investissement “plaisir “encore abordable. Investir.us est parti enquêter sur ce nouveau type d’acquisition qui mêle coup de coeur et rentabilité !

La photographie, un investissement accessible, au bon taux de rentabilité

Tropea

Investir dans les oeuvres d’art est une entreprise doublement intéressante puisqu’elle s’avère pertinente en termes de fiscalité (imposition) mais aussi de rentabilité (haut potentiel de valorisation). En effet, si pour de nombreux investisseurs le marché de l’art est un monde inaccessible et prohibitif en raison des prix pratiqués, celui de la photographie d’art est encore abordable. Si l’on écarte les maîtres tels les Français Pierre& Gilles ou les Américains comme David Lachapelle ou Cindy Sherman dont les oeuvres s’envolent à des prix astronomiques, il reste un large éventail d’oeuvres accessibles. Tous les photographes n’ont pas la cote d’ Andreas Gursky qui détient le record de la vente de photo d’art la plus chère au monde : 4.3 millions de dollars pour son oeuvre “Rhein II” ! Si vous aimez vous promenez dans les Foires Satellites de Miami Art Basel tels l’Art Miami Fair, vous découvrirez des oeuvres photographiques sublimes de l’italien Massimo Vittali ou de l’américain Joshua Jensen-Nagle pour des tarifs compris entre 2000$ pour les petites et 7000$ pour les oeuvres aux plus grandes dimensions. Comme le reconnaît Maël Buhot, expert en photographie d’art : “ En général, la photo d’art reste moins chère que l’art contemporain, hormis pour certains photographes stars qui sont aussi peintres, vidéastes, performers et plasticiens et se retrouvent d’ailleurs vendus lors de ventes d’art contemporain.”

2016, le bon timing pour investir dans la photo d’art

2016, sera donc le bon moment d’investir ! Un signe de l’engouement mondial pour la photographie d’art  est que le produit mondial des enchères serait passé de 50 millions d’euros en 2002 à 115.5 millions en 2012, selon Art Price. Cette année encore Miami Art Basel attirait sa foule de collectinonneurs privés et de stars, prêts, eux aussi, à investir dans la photo d’art. De Leonardo Di Caprio à Tommy Hilfiger et Elle MacPherson, le name-dropping est long et joue des coudes sur ce marché de l’art plaisir. Quelques heures après son ouverture VIP, les oeuvres photographiques de David Burdeny (Galerie Bau-Xi ) représentant les marais salants de l’Utah avaient déjà trouvé acquéreur !

Mais attention toutefois aux risques qu’encourt un investisseur dans la photo d’art ! Comme le conseille régulièrement Ivane Thieullent, fondatrice de Voz’image, à ses clients néophytes en matière de photographie d’art:  “Il faut toujours vérifier le nombre de tirages pas plus de 5 – se demander si l’artiste est prolifique, s’il évolue, s’il a une exclusivité avec une galerie, ce qui est bon signe. Sachez aussi s’il est passé par une vente publique pour déterminer sa cote.” Si vous fonctionnez par “coup de coeur”, investir dans la photo d’art c’est aussi analyser le regard particulier de l’artiste dans l’histoire de la photo mais aussi s’interroger sur le côté inédit de sa démarche artistique.

Etre bien accompagné dans son investissement reste donc une règle d’or à laquelle il ne faut pas échapper.

Guide INV
By | 2016-11-25T18:29:37+00:00 11 décembre, 2015|Categories: Actualités de l'investissement aux USA|
mautic is open source marketing automation

Send this to a friend